Mont Saint Michel

Pèlerinage pour le monde au Mont Saint-Michel (Savoie)

News

Faire pour notre monde un pèlerinage à pied : y avez-vous déjà pensé ?

Marcher en priant, en direction d’un lieu béni, sanctuaire, église, chapelle, ou même une croix… Offrir à Dieu notre marche, nos efforts et nos prières. Et demander miséricorde pour notre monde !

Depuis le sanctuaire Notre-Dame de Myans jusqu’au Mont Saint-Michel !

C’est ce que l’équipe du Chapelet perpétuel pour le monde a fait, le dimanche 24 octobre. Après la messe, nous avons reçu la bénédiction du père Serge, et nous avons commencé à dire le chapelet pour le monde au Sanctuaire Notre-Dame de Myans.

Puis, munis de nos bâtons et de la force du Seigneur, nous avons pèleriné vers la Chapelle du Mont Saint-Michel en Savoie. Nous avons cheminé à travers les vignes en continuant notre chapelet. Nous avons pu admirer les couleurs magnifiques de cette saison d’automne en remerciant Dieu pour sa création si belle.

Après une montée bien raide et joyeuse jusqu’à la Chapelle, nous avons prié Saint-Michel en lui demandant sa protection pour notre monde. Le soir, malgré la fatigue de nos 5 heures de marche, nous étions très heureux d’avoir vécu ce moment fort de prière, d’amitié et de détente, dans un beau paysage d’automne.

 

La Vierge Marie elle-même a déjà demandé de prier en pèlerinant

A Notre Dame de Kério, en 1874, la Sainte Vierge est apparue à un jeune garçon de 12 ans, Jean-Pierre Le Boterff, qui était domestique de ferme en Bretagne. Alors qu’il coupait du mil dans un champ, il aperçoit une belle Dame, brillante comme l’or, au-dessus des arbres voisins. Elle porte une robe bleue semée d’étoiles, un manteau d’or et un voile blanc. Et voici qu’elle lui parle :

– « Viens, mon enfant. Je suis la Mère de Dieu. Prie beaucoup, car je ne peux plus soutenir le bras de mon Fils. Dimanche prochain, prends avec toi quelque bon chrétien, ton frère ou ta mère, et vous irez à Sainte-Anne d’Auray prier pour la Bretagne. Tu réciteras autant de chapelets qu’il y a de grains à ton chapelet. Et ce pèlerinage, tu le feras pieds nus, excepté dans les villages. »

– « Mais je ne suis pas capable ; j’aurai mal aux pieds » répond le garçon.

– « Non, je mettrai quelque chose sous tes pieds et tu n’auras pas mal […] »

Le 13 au soir, Jean-Pierre partit avec sa mère vers Sainte-Anne d’Auray, marchant pieds nus toute la nuit et récitant son chapelet auquel sa mère répondait. Ils arrivèrent le 14 vers 4 heures du matin. Ils firent leurs dévotions, assistèrent à la messe et repartirent pour arriver chez eux dans la soirée. La mère marchait sur ses bas, ses chaussures étant complètement usées. Ils ne ressentirent aucune fatigue, malgré les 114 km qu’ils avaient parcourus !

Il y eut ensuite des miracles attestés à Notre-Dame de Kério. Le garçon et sa mère avaient prié le chapelet pour la Bretagne en marchant.

Invitation

Et si nous faisions comme eux, mais pour notre monde ? Que nous vivions en Europe, en Amérique, en Asie, en Afrique ou en Australie, et si nous faisions un petit pèlerinage, à 2 ou 3 ou plus… en offrant au long de notre marche, le chapelet pour le monde ?

 

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information mensuelle

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.